"Si  je lui avais coupé les ailes
Il aurait été à moi
Il ne serait pas parti Mais ainsi
Il n'aurait plus été un oiseau
Et moi
C'est l'oiseau que j'aimais."
De Biarritz à Bilbao, rares sont les Basques qui ne connaissent pas l'air de cette chanson. Ils la considèrent tantôt comme un chant politique, tantôt comme un chant d'amour. Notre reporter est allé sur place interroger musiciens, spécialistes et amateurs sur ce qu'HEGOAK (titre original Txoria
txori) représente pour eux.